Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Monde en Rayures

Le Monde en Rayures

Curiosités musicales. Mais pas que.


Quand la musique est bonne

Publié par La Rayée sur 2 Avril 2015, 10:15am

Catégories : #Coup de gueule, #Musique

Quand la musique est bonne

Je suis tombée hier sur cet article de Madmoizelle : http://www.madmoizelle.com/snobisme-musical-plaie-societe-231099

J'approuve en partie ce que cette jeune femme nous explique pour pousser son coup de gueule sur ce qu'elle appelle le "snobisme musical".

En effet, un certain nombre de mélomanes, dès qu'ils écoutent autre chose que ce qui passe sur la plupart des radios dites commerciales, se targuent de savoir mieux que les autres ce qu'est la "bonne musique". Et se permettent de critiquer les goûts de ceux qui se contentent d'aimer les tubes de Skyrock, RTL 2 et j'en passe.

On est d'accord, la musique ce n'est pas qu'une histoire de connaissances ou de qualité, mais de ressenti. J'ai beau ne pas supporter Grégoire et son Toi + Moi par exemple, je ne me permettrais pas de juger ceux qui en sont fans (quoi que parfois ça me démange...!).

Personne ne peut imposer à qui que ce soit ce qu'il doit aimer ou non.

La musique commerciale c'est quoi ?

En revanche, je voudrais revenir sur sa définition de musique commerciale, sur laquelle un gros raccourci est fait.

Selon elle, musique commerciale = groupe ou artiste "qui parvient à faire de la musique son métier et ainsi à en vivre = il se fait des sous sur sa musique."

Or, ce n'est pas tout à fait exact. Ce n'est pas parce que l'on passe à la radio ou que l'on connait une certaine notoriété que l'on peut vivre de sa musique.

Il y a tellement d'artistes qui ont eu leur heure de gloire parce qu'ils tournaient en boucle à la radio, mais pour lesquels les ventes d'albums n'ont jamais décollé. Ces artistes ont beau être un peu "connus", ils doivent souvent garder un autre job plus alimentaire à côté.

J'en connais un paquet, bien malheureusement.

Si l'on veut être plus précis, en principe musique commerciale = musique qui passe sur des radios dites commerciales. Le réseau Yacast notamment.

Ces radios se rémunèrent entre autres via des budgets spécifiques que les maisons de disques leur attribuent, un peu comme de la pub.

C'est ainsi que diffuser 10 fois par jour le single de machin ne vient pas forcément d'un coup de cœur du programmateur, mais d'arrangements financiers.

Et puis il a été prouvé qu'entendre régulièrement un titre nous le met dans la tête et "nous aide" à aimer.

Il faut aussi tenir compte du format du titre, de l'idéal "couplet / refrain / couplet" qui se retient plus facilement, etc. Tous les artistes ne correspondent pas à un format "standard" et peu d'entre eux auront la chance d'intégrer ces playlists.

Ensuite, et heureusement, il y a les émissions spécialisées qui sont plus libres de proposer autre chose que ce qui passe sur la programmation générale.

"C'est connu ? Non ? Alors je vais pas aimer"

Enfin il y a un dernier point que je souhaiterais aborder : le snobisme musical existe bien, mais dans les deux sens.

En tant que passionnée de musique en tous genres, je suis avide de découvertes. Je me fiche que ça passe à la radio, que ce soit connu ou non. J'ai acquis une culture musicale probablement plus importante que le commun des mortels, et désire sans cesse partager ce que j'aime. Pas pour me la péter, mais parce que trouver quelque chose qui te fait frémir, provoque chez toi des émotions si spécifiques à la musique, et te rend heureux, c'est euphorisant. Et j'aime bien être euphorique. Et j'aime bien partager mon bonheur.

Mais vous n'imaginez pas le nombre de fois où je me suis heurtée à des "c'est connu ? non ? laisse tomber alors".

J'ai proposé tellement de concerts d'artistes extraordinaires, sans que mes invités n'aient à payer quoi que ce soit, et me suis heurtée si souvent à des refus. Pourquoi ? Parce que si l'artiste n'est pas médiatisé, à leurs yeux (ou leurs oreilles), c'est que ça n'en vaut pas la peine. Je vous laisse imaginer ma frustration.

Un dernier exemple : j'ai travaillé pendant plus d'un an et demi sur un groupe anglais plutôt sympa, The Wombats. Ce fut un travail de fourmi pour mon équipe et le label. Durant des mois, personne ne s'y intéressait vraiment lorsque je faisais écouter tel ou tel single. Pourtant "Let's dance to Joy Divison" (titre qui met vraiment la pêche) commençait à bien tourner en radio. Le temps passe, d'autres médias s'y mettent et en parlent, le groupe acquiert son public français et une certaine notoriété.

Comme par hasard, ceux qui n'aimaient pas ou étaient indifférents sont d'un coup devenus fans.

Pourtant, les titres de l'album n'ont pas changé. C'est la même musique, sauf qu'elle est devenue "connue".

Pire. Quand j'ai commencé à écouter Adèle (elle ne passait pas encore sur les ondes françaises), son 1er album tournait en boucle chez moi. J'aimais tellement que je voulais à tout prix la faire connaitre à qui voulait bien m'entendre. Mais là encore ça n'intéressait personne. Elle était trop "indé", pas assez "mainstream". Je ne vous raconte pas la suite, vous la connaissez..

Ça m'a rendue dingue, je l'avoue.

Alors ?

Il faut en effet apprendre à ne pas juger les (goûts des) autres. A être ouvert d'esprit.

Ce n'est pas toujours facile car lorsqu'il y a un manque d'originalité évident, des plagiats, des voix fausses, des textes pauvres, on a envie de crier à quel point, oui, "c'est de la merde".

Mais là encore, il en faut pour tout le monde.

Je ne supporte pas quand on me dit que ce que j'aime n'a aucun intérêt, mais je suis tellement heureuse quand quelqu'un me dit "merci pour la découverte, j'adore !".

Rien que pour ça, je continue à partager, encore et encore, ces petits bonheurs sonores.

Et j'écoute de tout, de Goldman à Archive en passant par The Libertines, Emile & Images ou encore Cypress Hill. Je suis même incollable sur les années 80 et leurs tubes "ringards".

Mais le plus important est de savoir : suis-je curieux ? est-ce que j'aime la musique, ou est-ce que "j'aime bien" écouter de la musique ?

C'est là que notre façon d'apprécier et d'aimer tel ou tel artiste va se jouer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents